Eugene Guillevic

A Quote by Eugene Guillevic

Lorsque nous tremblions
L'un contre l'autre dans le bois
Au bord du ruisseau,

Lorsque nos corps
Devenaient à nous,

Lorsque chacun de nous
S'appartenait dans l'autre
Et qu'ensemble nous avancions,

C'était alors aussi
La teneur du printemps

Qui passait dans nos corps
Et qui se connaissait

Eugene Guillevic

Source: Élégie (extrait), in Sphère, Gallimard Poésie, 1963

Contributed by: tracey

Syndicate content